Rechercher dans :

Bureau du développement et des relations avec les diplômés

Dévoilement d’une plaque de reconnaissance pour la Chaire Marguerite-d’Youville

Dans l’ordre habituel : M. Gil Desautels, Sœurs Jacqueline St-Yves et Diane Beaudoin, Mme Francine Ducharme et M. John Parisella.

Dévoilement de la plaque de reconnaissance des Sœurs de la Charité de Montréal, « Sœurs Grises », pour la création de la Chaire de recherche Marguerite-d’Youville d’interventions humanistes en soins infirmiers de l’Université de Montréal

Suite au don exceptionnel de 1,5 M$ des Sœurs de la Charité de Montréal, « Sœurs Grises », une quarantaine d’invités se sont réunis à Salle Alice-Girard de la Faculté des sciences infirmières le 26 janvier 2016 pour le dévoilement d’une plaque de reconnaissance des religieuses qui ont contribué à la création de la Chaire de recherche Marguerite-d’Youville d’interventions humanistes en soins infirmiers de l’Université de Montréal. Cette plaque fera place au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) où les travaux de recherche se dérouleront. La doyenne, Mme Francine Ducharme, a animé la soirée de ce dévoilement.

Rappelons que, depuis 1934, un pont existe entre les Sœurs Grises de Montréal et les soins infirmiers par la création de l’Institut Marguerite-d’Youville. La Chaire de recherche souhaite perpétuer son œuvre de soins humanistes.

La cérémonie a été l’occasion de remercier les nombreuses congrégations religieuses dont la contribution philanthropique à la bonification du don initial des Sœurs de la Charité de Montréal a été soulignée par Mme Sylvie Dubois, directrice nationale des soins infirmiers et autres professionnels du Ministère de la santé et des services sociaux et par Mme Véronique Dubé, titulaire de cette nouvelle Chaire. Étaient présents à cette cérémonie, M. John Parisella, directeur de la Grande campagne Campus Montréal et M. Gil Desautels, directeur général du Bureau de développement et des relations avec les diplômés, ainsi que Madame Lucie Tremblay, présidente de l’OIIQ.